J 0,5

Et voilà l’aéroport de Moscou au petit matin…

Le jour est déjà levé alors qu’il est un peu moins de 6 heures (heure de Moscou).

Vol tranquille hier soir et pas de mauvaise surprise en arrivant : le tapis à bagages de mon vol était juste à côté de la livraison des « hors-formats ». Le carton du vélo est arrivé au moment où je venais de récupérer mon sac.

Sortie un peu chaotique avant le déballage, remontage de la potence, des pédales et l’installation des sacoches et sac sur le vélo. Merci au petit cutter MMS et à Anne qui avait eu la bonne idée de le glisser dans ma poche hier.

Le temps de tout mettre en place et il a fallu tout enlever pour installer le vélo dans l’estafette qui assure la liaison entre le terminal et l’hôtel.

Un café, une douche et au lit pour une (courte) nuit de repos.

Ce matin il a l’air de faire grand-beau et il y a « un peu » de rangement à faire dans la trentaine de kilos de bagages sur le vélo…

La carte SIM russe (Beeline) est en place dans mon téléphone… super 👍

Paradoxalement le réseau cellulaire fonctionne mieux que leWIFI de l’hôtel, allez comprendre !

Fin de la première « journée » (qui en fait a commencé à 12H…) à l’étape prévue : Otel OK dans le quartier des métallos à la sortie de Moscou.

Pour faire court ça n’était pas une excellent idée de traverser Moscou un jour de festivités nationales. Certes c’est intéressant de voir une telle ferveur vis-à-vis des anciens combattants mais au niveau circulation c’est un casse-tête russe ! Tout le centre de Moscou était fermé à la circulation : impossible de descendre depuis la gare de Biélorussie vers le Kremlin, l’artère principale étant transformée en marée humaine avec, à chaque carrefour, des portiques de contrôle où il m’aurait fallu défaire toutes les sacoches de mon vélo. Après m’être entêté au croisement de Tverskaïa et du boulevard Strastnoy j’ai fait un assez long détour et j’ai fini par emprunter un boulevard circulaire un peu plus au nord. J’adore le bruit que font les pneus cloutés des gros 4×4 moscovites… Au moins on entend le danger arriver ☹️🤨

Ensuite l’arrivée dans le grand parc sous Ismaelova est un havre de paix… entre poussettes, trottinettes, patins à roulettes. Tous les ustensiles en « ettes » s’étaient donnés rendez-vous sur une belle allée ombragée

Ensuite c’est un petit dédale dans la banlieue de Moscou en passant sous ou sur toutes les grandes artères. A chaque fois des escaliers bien sympas comme celui-ci :

Ces escaliers sont aménagés avec une rampe pour les 4 roues d’une poussette mais pas laisser passer un vélo avec sacoches. Conclusion : on porte ! Et parfois (ça m’est arrivé 2 fois) on est aidé par un passant.

Большое спасибо, товарищи

Et pour finir une voie ferrée (celle du Transsibérien ?) à traverser en pleine voie

En attendant j’ai une chambre, une douche et je vais maintenant passer en mode veille… la journée de demain sera plus longue !

J 0 Le départ est imminent…

L’effervescence du départ commence à se calmer maintenant que tout est bouclé.

Le vélo est emballé

Dans son carton sur le toit de la voiture, prêt à partir à l’aéroport.

Anne m’a « branché » sur le site Couch Surfing et j’ai déjà trouvé un hôte qui va m’accueillir à Vl adimir pour ma troisième étape.

Apparemment il y a pas mal d’hôtes russes qui sont sur Couch Surfing, donc un bon plan à suivre.

Et voilà l’aéroport de Nice

Prochain rendez-vous à Moscou.

J -1 : Derniers préparatifs

Demain l’avion pour Moscou décolle à 18H30. Petit point sur les préparatifs.

Les bagages sont en cours d’empaquetage, c’est le moment de choisir les tenues, les équipements indispensables. Pour l’instant c’est surtout un problème de place, de volume et de poids qui me préoccupe.

Le vélo semble prêt après un dernier passage entre les mains de Laurent Floreani. Une nouvelle cassette (les pignons du dérailleur arrière) et une nouvelle chaîne devraient m’éviter de bricoler cette partie du vélo pendant quelques kilomètres.

La trousse à pharmacie est prête (merci à mon petit frère, Laurent !) et bien rangée (merci Anne).

Anne m’a préparé des étiquettes (en russe) à placer partout dans mes affaires en cas de perte, d’accident… afin de pouvoir appeler deux de ses amies russes (Tatiana et Ksénia) qui vivent à Cannes : elles seront, avec Anne, mes bonnes fées en cas de souci.

Bon pour l’instant… tout va bien, comme dirait le troisième Laurent (Jacquemin).

J -12 : Les aléas des visas…

Mauvaise nouvelle pour mon visa qui, d’après ce qu’on m’avait promis, devait me permettre de séjourner jusqu’à 180 jours en Russie…

En fait la durée du séjour ne peut dépasser 90 jours… pendant un laps de temps pouvant aller jusqu’à 180 jours.

Je peux donc sortir et revenir en Russie, le temps passé « à l’étranger » n’entamera pas mes 90 jours.

Mais au total je ne pourrai passer « que » 90 jours sur le territoire russe.

Et donc il va falloir modifier mes plans et peut-être faire comme mon prédécesseur Arnaud : prendre le train sur une partie du trajet pour que l’ensemble du voyage tienne sur 90 jours.

L’autre solution (pédaler plus vite) me semble irréaliste et au-delà de mes moyens physiques…

Et peut-être aussi faire le retour de Vladivostok en avion et pas dans le Transsibérien comme j’espérais pouvoir le faire (dérouler le film à l’envers en accéléré…).

Donc voilà un aléa que j’aurais pu anticiper si je m’étais mieux informé sur les visas longue-durée…

Sinon mon premier hôte WarmShowers (hébergement bénévole de cyclistes) est indisponible à la date convenu…

Allez hop ! Demain ça ira mieux 😃

Приключение начинается (L’aventure commence)

Merci de me tenir compagnie, grâce à ce blog, dans mon périple transsibérien.

Être bien accompagné dans un voyage le rend plus court. — Izaak Walton

Carte_générale

Les formalités administratives sont terminées, le vélo et son équipement annexe sont au point… reste le cycliste qui se pose bien sûr quelques questions sur sa forme, sur les conditions météo, sur la circulation et l’état des routes !

Départ de Nice le 8 Mai en fin d’après-midi pour une arrivée (tardive) à Moscou. Au programme à l’arrivée : la récupération du vélo, des bagages et direction un hôtel à proximité de l’aéroport de Sheremetyevo pour passer la première nuit.

Le 9 Mai (jour de la Victoire en Russie), Aéroexpress en direction de la gare de Biélorussie puis traversée de Moscou en faisant quelques emplettes (à commencer par la réactivation de ma carte de téléphone).

Ensuite « l’aventure commence » pour de vrai ! Un petit trajet de 9.279 km en 85 étapes (plus quelques jours de repos) pour arriver vers le 11 Août à Vladivostok.

Mais d’abord respect à Zéphirin (« Zef ») Jegard qui, en 2004 a rallié Brest (dans notre Armorique) à Vladivostok sur son vélo, soit 13 850 km en 70 jours environ. Respect aussi pour Arnaud Landié qui a fait le trajet de Moscou à Vladivostok en solitaire sur son VTT Décathlon Rockrider 7.1 et a témoigné de ce parcours dans son blog La piste cyclable transsibérienne

Enfin merci à Géraldine Dunbar, auteure du livre « Seule sur le Transsibérien » qui a été le déclencheur de ce projet après que je l’ai entendue à la radio raconter son voyage.