J 19 Ekaterinburg

Mardi 29 Mai 2018

Journée de repos, de visite de la ville

Monument à Tatischev et de Gennin

Les deux fondateurs de la ville : un géographe russe et un architecte hollandais.

La ville est construite selon un plan orthonormé (les rues de croisent à angle droit).

Des bâtiments d’origine construits en bois il ne reste rien. De nombreux édifices religieux comme la cathédrale Saint Catherine ont été rasés à l’époque communiste. Le premier bâtiment en pierre de Ekaterimburg était une usine d’armement (fonderie de canon si j’ai bien compris)

En effet j’ai un guide hors pair pour cette visite de la ville : Seva, passionné d’architecture me fait découvrir de petits joyaux comme cette demeure datant de 1820, devenue une pharmacie

Ekaterimburg ville stratégique,capitale militaire de l’Oural, Staline a renforcé sa vocation première dans l’industrie de l’armement en y installant de nombreuses usines pendant la guerre 41-45 pour les mettre à l’abri des bombardements allemands.

La ville a été interdite aux étrangers jusqu’en 1991 à cause du secret militaire qui entourait ses activités.

Ville industrielle, ville militaire voici le bâtiment de l’état major et du commandement militaire de l’Oural. Devant une statue du Maréchal Gueorgui Joukov

Officier le plus décoré de l’Union Soviétique on l’a surnommé « le vainqueur d’Hitler ». Extrêmement populaire après la victoire, Staline l’a exilé à Ekaterimburg où il est resté jusqu’à la mort de Staline en 1953 (je m’en souviens bien, c’est l’année de ma naissance). Il a fini sa vie à Moscou ensuite.

Ekaterimburg est la quatrième ville de Russie avec plus d’un million quatre cent mille habitants.

Vue d’en haut de sa plus grande tour c’est une ville gigantesque

Sur la première image on voit la ligne aplatie de l’Oural vers l’Ouest.

Sur la dernière, vue vers l’Est, la route que je vais emprunter.

L’opéra est le troisième de Russie :

Une basilique a été construite pour honorer la famille du tsar assassinée en juillet 1918 dans la cave d’un bâtiment du centre d’Ekaterinburg, les corps étant ensuite jetés dans des mines dans une forêt à une trentaine de kilomètres au nord de la ville :

A l’intérieur de cette basilique des cercueils (vides car leurs restes sont à Saint-Petersbourg) permettent aux fidèles de se recueillir.

Devant l’université une statue est par contre l’objet de dégradations régulières, celle de Iakov Sverdlov, révolutionnaire russe qui est accusé d’avoir ordonné l’assassinat de la famille impériale :

La ville de Ekaterimburg s’est appelée Sverdlovsk jusqu’à la fin de l’époque communiste pour honorer ce révolutionnaire – très controversé aujourd’hui – et l’Oblast (la région administrative) s’appelle encore Oblast de Sverdlovsk.

Depuis sa création Ekaterimburg est une ville d’architecture et d’architecte.

Seva me montre des bâtiments de l’école d’architecture constructiviste, née en URSS en 1920.

Lignes épurées, matériaux modernes, habitat « collectif » , voici deux exemples :

Construit pour les membres de la police politique les appartements n’avaient pas de salle de bain ni de cuisine : les repas étaient pris en commun dans une salle à manger collective (pour faciliter la socialisation) et les douches collectives également au sous-sol. Vu du ciel ce bâtiment représente une faucille (c’est le nom qu’on lui donne).

L’autre bâtiment a été construit pour abriter les concepteurs de « la faucille » :

Et lui s’appelle « le tracteur »…

De nombreux bâtiments constructivistes occupent le centre, en particulier le long de l’avenue Lénine

En tout cas j’aurais eu avec Seva, un guide de choix pour cette visite

Cette visite guidée s’est effectuée dans une température encore bien basse (Seva, pourtant habitué, était content que je lui prête une paire de gants d’hiver). En quittant son appartement le matin quelques flocons (de neige) volaient dans les airs !

Demain il faudra encore pédaler pour se réchauffer…

Oh ! J’allais oublier « Sac-à-puces », le chat de Seva…

P. S. Once again special thanks to Seva who makes me regret leaving Ekaterinburg. Long life to the Karovas Milkshake and long life to his love with Marie.

13 réflexions sur « J 19 Ekaterinburg »

  1. Sac à Puces est « cros  » mignon …Les photos de cette ville me font encore plus apprécier …..Rouen…. et notre douce France….Mais ton journal est un régal ….Bizzzzzzzzzzzzz

    J'aime

  2. Magnifique la visite d’Ekaterimburg, il ne manque la photo de la faucille vue du ciel
    Bon courage pour demain

    J'aime

  3. Salut Stéphane ,nous voyons que tu progresses …c est intéressant « devant l’ordi » comme dis Francis …Tu te fais des mollets ,mais prends tu ton pied ? Pour y avoir séjourné et travaillé ,les pays de l’ancien blok com, ce n’est pour moi pas mes meilleurs souvenirs… ,mais le blok ca y ressemble beaucoup me semble t il !!!
    Courage pour la suite …profites bien et cogites la prochaine destination …

    J'aime

    1. Pour le moment j’attends surtout que les températures montent (un peu… pas trop !). Il paraît que Ekaterimburg est sujet à ces courants d’air froids bien sympathiques…😬

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s